Agronomie

- WEB-SÉRIE "VERS LA RÉSILIENCE ALIMENTAIRE"

Les Greniers d'Abondance est une association qui réunit  citoyens, chercheurs, experts et acteurs de terrain pour étudier les voies de résilience pouvant être collectivement empruntées face menaces pesant sur le système alimentaire agro-industriel.

C’est-à-dire : les transformations sociales, économiques, techniques et politiques nécessaires pour anticiper les crises et satisfaire les besoins essentiels de la population lorsque le système alimentaire est soumis à des perturbations :  événement climatique extrême, choc pétrolier, récession économique…

Ils publient en 2020, un guide à destination des collectivités territoriales qui propose un ensemble cohérent d’actions et de leviers à mettre en œuvre à leur échelle.

Thès'en Images a réaliser une web-série de 7 épisodes illustrant les voies de résilience proposées dans leur guide:

Chapitre1: Le foncier agricole

Ce premier chapitre expose deux voies de résilience:

- AUGMENTER LA POPULATION AGRICOLE 

- PRÉSERVER LES TERRES AGRICOLES.

Quelques chiffres pour la France:

 

- 43 % des 564 000 exploitants agricoles et associés ont plus de 55 ans en 2016. Au rythme actuel d'installations, c'est une diminution d'un quart du nombre d'agriculteurs qui se profile d’ici à 2030.

- Le nombre de fermes a chuté d'un tiers entre 2000 et 2016. Chaque jour ce sont en moyenne 22 fermes qui ne sont pas transmises.

- La surface agricole décline et est passée de 35 millions d'hectares en 1960 à 28 millions aujourd'hui.

- On estime que depuis 1981, 2 millions d'hectares de terres ont été artificialisées (équivalent de 2 fois la Gironde)

- L'équivalent de la surface moyenne d'un département français est artificialisé tous les 10 à 20 ans

- Si rien n'est fait pour freiner la tendance, la surface de sols artificialisés augmentera encore d'un tiers dans la prochaine décennie.

Chapitre2: L'enjeu des semences

Ce second chapitre expose la voie de résilience:

 

• DIVERSIFIER LES VARIÉTÉS CULTIVÉES ET DÉVELOPPER L'AUTONOMIE EN SEMENCES.

Une poignée d'acteurs concentrent une part majoritaire du marché: 16 groupes et entreprises concentrent 70% du chiffre d'affaire global du secteur.

Les efforts de sélection actuels s'inscrivent majoritairement dans le cadre du modèle agricole intensif en intrants.

Sur les 349 variétés de blé tendre enregistrées au catalogue officiel en 2019, seules 5 ont été spécifiquement développées dans les conditions de l'agriculture biologique.

L'homogénéité génétique des variétés cultivées devient une vulnérabilités dans un environnement davantage propice aux perturbations climatiques ou biologiques.

Chapitre 3: Généraliser l'agroécologie

Miniature 3.jpg

Ce troisième chapitre expose deux voies de résilience:

 

• GÉNÉRALISER L'AGROÉCOLOGIE

• ADOPTER UNE GESTION INTÉGRÉE DE LA RESSOURCE EN EAU.

En France, l'agriculture occupe plus de la moitié du sol métropolitain. Les pratiques agricoles constituent donc la plus grande force d’évolution des paysages, et de la biodiversité qu’ils abritent.

 

L’intensification sans précédent de l’agriculture se manifeste aujourd’hui par un environnement profondément dégradé, une dépendance élevée à de nombreux intrants et une grande homogénéité des systèmes agraires.

 

Les pratiques agricoles dominantes s’avèrent source de vulnérabilité et d’aggravation des menaces décrites dans le guide. L’adoption massive de pratiques agroécologiques est impérative pour renforcer la résilience des fermes et enrayer l’anéantissement de la vie sauvage.

Chapitre 4: Évoluer vers une agriculture nourricière

Miniature 5.5.jpg

Ce quatrième chapitre expose deux voies de résilience:

 

• ÉVOLUER VERS UNE AGRICULTURE NOURRICIÈRE

• MANGER PLUS VÉGÉTAL

À l’échelle d’un bassin de vie, presque toute la production agricole est exportée, tandis que presque tous les aliments consommés sont importés.

 

Relocaliser le système alimentaire pour renforcer sa résilience nécessite de développer une agriculture nourricière, donc diversifiée.

Chapitre 5: Développer des outils de stockage et  

                 de transformation

Miniature 5.jpg

Ce cinquième chapitre expose la voie de résilience:

 

• DÉVELOPPER DES OUTILS LOCAUX DE STOCKAGE ET DE TRANSFORMATION

Zoom sur "Herriko" - filière blé/farine/pain du Pays Basque, à découvrir dans cet épisode.

En un siècle le nombre de moulins a été divisé par 100, passant de 40 000 au début du 20e à 394 en 2018.

La grande majorité des produits alimentaires ont fait l’objet d’une ou plusieurs transformations : meunerie pour la farine, pression pour l’huile, fermentation pour les produits laitiers, abattage et découpe pour la viande...

 

L’industrie agroalimentaire s’est concentrée et l’essentiel de la production repose désormais sur de grosses unités, distantes des fermes et des consommateurs. Limiter la dépendance du système alimentaire aux transports et aux énergies fossiles passe donc par la relocalisation d’unités de transformation.

Chapitre 6: Simplifier et raccourcir la logistique

                 et l'achat alimentaire

Miniature 6.jpg

Ce sixième chapitre expose la voie de résilience:

 

• SIMPLIFIER ET RACCOURCIR LA LOGISTIQUE ET L'ACHAT ALIMENTAIRE

Chaque jour, ce sont l’équivalent de 30 000 semi-remorques qui traversent la France pour collecter des denrées, approvisionner les marchés de gros ou les usines agroalimentaires, consolider les flux de marchandises, et livrer les surfaces de vente.

 

6 Centrales d'achats concentrent 92% du marché (Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché, Leclerc, Système U).

 

En l’espace de quelques décennies, l’essor des industries agroalimentaires et de la grande distribution a bouleversé la logistique alimentaire. Les denrées sont aujourd’hui majoritairement transportées par cargos et camions sur des milliers de kilomètres, et acheminées en flux tendus vers des points de vente souvent inaccessibles sans voiture. Anticiper le déclin de la production pétrolière nécessite de diminuer fortement les distances parcourues par les aliments et les consommateurs en déployant des réseaux de distribution locaux.

Chapitre 7: Recyclage des nutriments

Miniature 7.jpg

Ce dernier chapitre expose la voie de résilience:

 

• RECYCLER MASSIVEMENT LES NUTRIMENTS

Par essence, l’activité agricole consiste à exporter des produits alimentaires depuis les terres cultivées.

Les nutriments présents dans les sols et incorporés par les végétaux sont donc également exportés. Cela concerne en particulier l'azote (N.), le phosphore (P) et le potassium (K).

Ces nutriments sont majoritairement présents dans nos urines, 90% de l'azote, 60% du phosphore et 75% du potassium.

 

 

En France, l'essentiel des nutriments apportés aux sols agricoles proviennent d'engrais minéraux et dépendent de ressources non renouvelables.

3 tonnes de carburant fossile sont nécessaires pour synthétiser 1 tonne d'engrais azoté, c'est 6% de la consommation mondiale de gaz naturel et 2% de l'empreinte carbone française !